Dans tes ourlets

Cette chanson, comme son nom ne l’indique pas, et dédiée à La Commune.
Avec tout mon amour et mes rêves de résurrection.

DANS TES OURLETS

Que ne suis-je cette liane
À laquelle tu t’accroches
Quand tu vas comme Diane
Chasser de tronc en tronc
Que ne suis-je cet arbre
Cet absolu gavroche
Qui a vu tous les diables
Danser dessus son front

Solide comme un Roi
J’aurais porté aux nues
Ta liberté ta joie
Tes rêves irrésolus
Gravés dans mon écorce
À coups de Je, de Tu
Je les aurais portés
Jusqu’à ce que Je soit Tu

Mais je n’suis qu’une femme
Sur laquelle rien n’accroche
Et s’il en moi vit Diane
Je n’suis qu’un attribut
Dont elle décore les arbres
Qui t’auraient porté nue
La déesse y décoche
Notre union suspendue

Gravée dans mon écorce
Je t’aime indélébile
Moi qui n’suis qu’un gavroche
Qui n’a plus aucun style
Tous mes rêves sont morts
Ma liberté aussi
Deux cents ans que je dors
Dans tes ourlets, Paris.



Monochrome

boschterreplate.jpg


Monochrome – Paroles et musique et toute la galère Rachel Arnaud

Je suis l’asymétrie du monde
Et la géométrie variable
La seconde après la seconde
Le souffle et la danse du sable

Je roule en toi comme dans le lit
D’un fleuve indéfiniment droit
Tes lames m’aspirent et me lient
À ces eaux souillés de sang-froid

Sous les nénuphars monochromes
Attachée à tes algues-sangles
J’ingurgite l’Uni Royaume
Et Je disparait sous ta langue

Je suis le tiers que tu effaces
Le vivant qui se multiplie
Le long cortège des sans-place
Le prêt-à-mourir par ici

Moi qui t’incarne dans mes veines
Je veux flâner dans tes artères
Je veux exister hors tes glaives
Et mes brûlants rires de guerre

Emmêler mon sang et ta sève
Dans nos rayures cicatricielles
Mes essaims de rêve à tes lèvres
Ne plus jamais tomber du ciel



Président Beaufort

J’étais bien embêtée pour savoir si  j’allais voter en 2012 et comment. Mais je me suis souvenue d’un vieux film, et je l’ai revu ce soir. Pas de doute. C’est lui mon prochain candidat. Émile Beaufort… ça a de la gueule quand même sur un bulletin nul. Tu trouves pas ??

http://www.dailymotion.com/video/xd8452



Le choix de la défaite

« La tyrannie alors n’avait qu’une tête, le songe de l’avenir nous enveloppait, l’Homme de Décembre nous semblait le seul obstacle à la liberté. » Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/x5njza
Une conférence d’Annie Lacroix-Riz, docteur en Histoire et professeur à l’université de Paris VII, à propos de son livre 1940, le choix de la défaite – Les élites françaises dans les années 30 chez Armand Colin

 

9782200354916fs.gif

Une autre conférence d’Annie Lacroix-Riz plus récente et moins longue mais tout aussi passionnante est disponible ici http://www.dailymotion.com/video/xe30j6_1940-le-choix-de-la-defaite_news?start=13#from=embed



Se réveiller et remettre son regard en ordre

Version courte et drôle Part I

http://www.dailymotion.com/video/xeefhg

 

Part II

http://www.dailymotion.com/video/xeefk3

 

Version longue et sérieuse

http://www.dailymotion.com/video/xdrvt0



The Rose Kitch Connection

Oui !  Je sais…..

Je suis une fille indigne qui ne te prévient même pas quand elle a d’autres choses à faire (super chiantes)  que de t’écrire tous les jours !!! Mea Culpa – un max – mais faut surtout t’en prendre à qui de droit (ton président, par exemple) qui a décidé de nous transformer tous en petits entrepreneurs de mes deux et tutti quanti, mais là n’est pas le propos, qu’il aille au diable ce gros connard !

Je préfère, de loin, fêter avec toi mes quarante piges qui ont sonné avant hier et te souhaiter du même coup une bonne et heureuse année (it is not a joke vu que même pour ma pomme, celle-là commence mieux que la précédente n’a finit – mais ça serait vraiment le diable + le connard…)

Here is donc deux de mes chansons favorites, celles que je préférais par dessus tout quand j’étais toute petite et que je jouais des heures durant avec l’aide de ma meilleure best friend Noreille à la place de bosser Mozart. (M’en allais donc au bout de la semaine la mort au ventre au conservatoire, cause qu’ils en avaient rien à fiche, ni de Julien Clerc, ni de Michel Polnareff…)

Bref, pour ton plus grand bonheur, je te les colle en prime tout jeunes et tout beaux, (les ceusses qui chantent…) ce qui ne gâche rien, vu qu’il étaient vraiment très jeunes et très beaux (chacun dans leur genre !)

En 1, la rose bonbon

Image de prévisualisation YouTube

En 2, la rose fushia

Image de prévisualisation YouTube

Enjoy !



La révolution des crabes

J’adore les fables.

Image de prévisualisation YouTube



Passe ton Bach avant de souffrir!

Voilà ce dont ma tête (et la tienne) devrait être farcie toute la journée, instead of all these instituted shit smells.*

Image de prévisualisation YouTube

*Désolée, mais y a des moments, it’s coming in english…..



Charbons ardents (la vie est un cadeau!)

Bientôt – c’est à dire un de ces quatre avant la fin du monde (à savoir cet hiver) – tu auras tout ça en chant et en musique…. genre, c’est un avant goût qui a le goût de rien, mais que je te refile quand même parce que je t’aime sacrément bien !

CHARBONS ARDENTS

(comme d’hab, comprenne qui pourra-voudra, et que chacun y glisse tout ce qu’il veut ! ) je te re-aime et pas qu’un peu ! )) -

sanspapiersfillette1.jpg

PS: quoiqu’avec la photo, j’induis un tant soit peu mon sens, même s’il eut été préférable de te laisser vagabonder dans tes personals sphères !!

m’enfin, tu viens sur le blog,  oui ou M…. ????

Tant pis pour toi.

Je t’aime toujours et pas qu’un peu.

Je vais l’âme en peine tous les jours du mois

J’ai pas pris de laine avant d’arriver là

Les premiers visages avaient l’air de là-bas

D’ici et d’ailleurs mais ça n’importait pas

 

Mon Dieu vos sourires

Quand on n’est qu’une enfant

Vous laisse en délire si l’on est devenu grand

Mes beaux souvenirs dans ces si belles rangées de dents

Devenues bien pires que des charbons ardents

 

Qu’à cela ne tienne , j’ai mon idée aussi

Vous êtes moi-même ou pourquoi suis-je ainsi ?

Si je n’suis fidèle qu’à vos inaptitudes

Et qu’un jour ils m’enferment sous ces sinistres latitudes

 

Aurais-je la force de ne pas tomber

Tiendrais-je ma promesse de toujours vous aimer ?

S’il ne reste en moi que l’ombre de cette enfant

À n’en pas douter, je me rendrais en riant

 

Ici, ils sont pauvres de me décourager

Leur douleur je l’ose ! La mienne est à manger

Alors je suppose que ça les fait flipper

Une guerre, une rose – c’était à parier

 

Mon dieu vos sourires

Quand on n’est qu’une enfant

Vous laisse en délire si l’on est devenu grand

Vogue mon navire dans ces si belles rangées de dents

Et mon avenir sur des charbons ardents.

Peut-être que tu te dis qu’en deux mois, envoyer une merde pareille, c’est un peu light, mais je te garantis qu’avec la musique et tout et tout c’est pas du foutage de gueule.

En gros, ça s’appelle une chanson, mais je te l’accorde, sans la musique et sans la voix ça ressemble à rien.

Laisse faire Tatie ma poule, qui t’aime plus que tout et qui connaît bien son ouvrage, et qui te jure que ça te réchauffera tes soirées d’hiver désolées quand tout le monde est mort !

À la prochaine.

Quant à Djean, (des fois que tu te demandes ) il va aussi bien qu’il peut étant donné tous les crétins qui guettent ses moindres velléités canines immatures sous peine d’expulsion !

La vie est cadeau!



On est vraiment trop con.

Djean qui était parti une semaine en famille d’accueil pour me permettre de me reposer un peu et guérir de ma grippe est revenu la semaine dernière.

Il paraît qu’il a sauté sur tous les chiens et qu’il a passé la semaine entière à les emmerder.

Max, l’éducateur chez qui Djean a passé la semaine me dit d’un air un peu désolé : « il s’en fout complètement de se faire engueuler !  »

Ben oui, je sais. Ce chien, il faut le faire rigoler ou lui rendre, si possible, les choses intéressantes.

Ensuite, Max me dit : « Il est têtu, c’est une vraie mule !  »

Ben oui, je sais ça aussi.

En réalité, c’est qu’il est très très malin et qu’il raisonne… comme (presque) tout le monde.

Si, par exemple, il trouve que sa sortie est trop brève, il ne rentre pas, voilà tout.

Mais il est quand même super sympa. C’est pas du genre qui va se tirer à toute allure tout seul dans son coin. Non. Il attrape un truc par terre et il t’invite au jeu ! Genre, t’en as pas marre d’être derrière ta bécane ? Tu crois pas que tu devrais rigoler un peu, là ?

Bon. J’ai compris ça et je me dis que c’est de bonne guerre. On ne peut quand même pas demander à un chien d’être aussi docile qu’une gravure ni de comprendre nos emplois du temps humains complètement délirants ! D’autant plus qu’il a raison;  j’ai vraiment besoin de prendre l’air d’avantage.

Alors j’accepte ses invitations, et nous refaisons un tour dans les espaces verts de l’immeuble, lui devant, avec son trophée dans la gueule et ses oreilles au vent, moi derrière, qui lui roucoule des sobriquets tous plus crétins les uns que les autres avec une voix de fausset. Il adore les voix de fausset.

Après tout ça, si j’ai su respecter ses besoins et qu’il a le sentiment d’avoir passé un moment de qualité joyeux et complice, il rentre tout tranquillement et me laisse travailler. Il s’installe sous le bureau et pose sa tête sur mes pieds. De temps en temps, il me gratifie les orteils d’un petit bisou qui me fait rire.

Quand je pense à tous les NON que je lui inflige, à toutes les remontrances que je lui fais, à tous les instincts que je lui contre, à tous les TU LAISSES que je lui assène…

Quand je pense à la gentillesse avec laquelle il s’exécute, à ses gros yeux tout ronds qui me regardent pour voir si je suis bien contente, même quand l’ordre est ultra difficile à respecter….

(ne pas croquer le pigeon, ne pas sauter dans l’eau, ne pas gober le caca des poules, ne pas mendier à table, ne pas manger les croquettes dans sa gamelle qu’il a sous le nez… Là, on atteint carrément les sommets de la dégueulasserie, mais on m’a dit qu’il fallait le faire… ça s’appelle l’apprentissage de la soumission et ça sert à lui faire comprendre que c’est moi le patron.)

Quand je pense à tout ça, je me dis que je vois pas bien la différence entre un pauvre (c’est à dire nous) et un chien.

Et quand tu connais la loi universelle du retour du refoulé, tu comprends pourquoi les chiens des pauvres se prennent autant de coups de pieds dans la tronche !

On est vraiment trop con. On tape jamais sur les bons.

http://www.dailymotion.com/video/x9d3ye



12345...14

djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS
| Corsica All Stars [CAS]
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_