C’est le jour de Politis

Aujourd’hui, c’est jeudi, le jour de Politis. Et voilà bien, dans la série Des gens vous parlent, une lecture qui me ravie.

Extrait :

« Politis: N’a-t-on pas atteint les limites d’une économie financiarisée et mondialisée ?

Dominique Plihon (Les Crises financières, Robert Boyer, Mario Dehove et Dominique Plihon, Conseil d’analyse économique.) : Cette crise est systémique. Elle résulte des contradictions internes du capitalisme financiarisé et mondialisé. Elle est la conséquence directe de la libéralisation financière qui a supprimé tous les remparts protecteurs face à l’instabilité financière et à sa propagation internationale.

La crise actuelle révèle au grand jour le caractère non soutenable de la mondialisation néolibérale dominée par la finance. Il y a une incompatibilité fondamentale entre les exigences exorbitantes de rentabilité financière des investisseurs et la promotion d’un développement respectueux de l’homme et de son écosystème.

Une rupture par rapport à ce monde néolibéral est plus que jamais nécessaire. On ne peut compter sur les élites privées et publiques pour ce changement. L’histoire montre que, dans le contexte des crises, le mouvement social a un rôle majeur à jouer pour imposer des réformes radicales. »

L’interview en entier, elle est là http://www.politis.fr/Une-rupture-est-plus-que-jamais.html mais il faut être abonné.

Mas tu peux toujours l’acheter à côté de chez toi, Politis.



Sa plus belle histoire d’amour

ça aussi, c’est vachement mieux que le Xanax….

Image de prévisualisation YouTube



Antidote au poison des phraseurs

T’as remarqué, dans la vie, t’as les phraseurs (des mecs qui sont payés pour fabriquer des phrases) et puis t’as les faits.

Un phraseur, à quoi ça sert ?

Un phraseur, ça sert à te boucher les yeux (pour que tu ne regardes pas les faits) avec des phrases (qui t’expliquent comment sont les faits que tu ne regardes pas). C’est très fort.

exemple : « la privatisation des services fait baisser les prix pour l’usager ».

Toi qui paies ta facture de flotte régulièrement, t’es censé savoir que c’est pas vrai.

Mais c’est pas grave.

Y a un mec qui fait autor’ et qui t’as dit que « la privatisation des services fait baisser les prix pour l’usager. »

Voilà. L’affaire est dans le sac.

Toi, t’es brave comme tout. Tu demandes pas mieux de tout bien faire comme il faut, et tu fais confiance à ceux qui savent…. C’est bien normal.
Est-que t’as gueulé quand tes parents t’ont appris que rouge c’est rouge, et que vert, c’est vert ? Non.
Et ben là, c’est pareil.

On te l’a dit. L’eau, les énergies, la nourriture, c’est moins cher quand c’est soumis aux règles de la libre concurrence. Question suivante, merci.

Y un spécimen chez ces phraseurs qui font autor’ (et celui-là, c’est toi-même qui lui a filé démocratiquement le gourdin pour te taper dessus, imbécile heureux notoire) qui t’as dit y pas longtemps : « ton augmentation, tu t’en fais une sonde anale » (enfin, comme ça, c’est remanié sauce Fontenelle sur Vive le Feu)

Dans le vrai texte, c’était plutôt: « pas de redistribution possible des richesses sans travail ».

Toi qui bosse comme une andouille pour que dalle et dont les tristes subsides servent à 80% à remplir les poches des escrocs en colle blanc, t’es prévenu maintenant que c’est toi, en fait, la cigale ayant chanté tout l’été. Et c’est pour ça, banane, que t’arrives pas à aligner trois balles.

Dans ta vie rêvée des phraseurs, quand tu roules dans ta voiture nécro-carburée, le monde, il est comme ça

voiture2.jpg

Ta location à loyer modéré, elle est comme ça

19971.jpg

Et tu fais rien qu’à aller là pendant tes RTT

corseplage.jpg

T’as une autre catégorie de phraseurs (ils ont la même fonction, mais comme ils ne font pas le même boulot, ils s’y prennent autrement), ils te bouchent les yeux avec des phrases qu’ils ne disent pas. Et ça aussi c’est très très fort !

C’est à dire. T’as des projets économiques, des orientations politiques, des traités dont les enjeux impliquent l’avenir de chacun et l’organisation de tout – le Traité de Lisbonne, par exemple – et dont on ne parle JAMAIS. Pas de débat. Ce n’est pas un sujet.

Le Monde Diplomatique et Politis pour la presse, Daniel Mermet sur France Inter, quelques fois l’Humanité, voilà à quoi se résument les quelques médias qui prennent le temps d’analyser ce fameux traité. De l’expliquer, d’en débattre.

Et t’as remarqué ???? C’est que des mecs estampillés super gauchos.

Et ouais, c’est ça aussi la grande farce des phraseurs.

C’est de réussir à faire passer les rares espaces où l’on t’invite à la réflexion et au débat pour des repères d’idéologues foutraques.

Jamais ces grands manitous de la manipulation des âmes n’ont été plus efficaces qu’aujourd’hui.
Tu vois une chèvre, ils te disent que c’est un poule, et t’as personne qui contre….

Alors toi tu fais bien comme tu veux, mais moi, je vais te dire, je m’en fous royalement d’être estampillée groupie d’idéologues foutraques par cette bande de malhonnêtes gens. Je pense au contraire que la consommation sans modération des idéologues foutraques en question est le seul antidote efficace connu contre ces attaques en règle qui au final n’ont qu’un seul objectif, celui de garantir les intérêts des propriétaires enchantés de ces braves petits faiseurs de phrases….

Si tu n’aimes pas la propagande mais que tu aimes bien entendre une parole, c’est à dire quelqu’un qui parle pour énoncer des faits, qui t’invite à y réfléchir avec ton cerveau, en connaissance de cause, pour pouvoir en débattre, alors c’est par là que tu dois aller

http://www.etrecitoyen.fr/rmj.html#01

Et au cas où t’ailles pas sur le lien parce que t’es qu’une loque qui a la grosse flemme, je résume :
C’est le moment de tirer les oreilles à ton socialiste.



Femme, épouse et mère…. Inutile !

bandeauamoureux.jpg

Y a des matins où tu préférerais ne pas avoir de boîte à mail.
T’aimerais fermer les yeux, te boucher les oreilles et crier très très fort en trépignant des pieds comme font les enfants quand ils ne veulent plus entendre tes conneries d’adulte à trois balles.

Mais bon, t’as pas quatre ans, et c’est à ton tour, maintenant, de protéger l’enfance, l’amour et les jolies choses de la vie contre les fossoyeurs tous azimuts.

Alors aujourd’hui, il faut que tu fasses un tour ici http://amoureuxauban.net/index.php?option=com_content&task=view&id=278&Itemid=53 pour exiger de tes autorités qu’elles fichent la paix à Lisa, congolaise, mariée depuis 2005 à un français, malade et en deuil de son enfant qu’elle a perdu à 7 mois de grossesse grâce, en autre, aux bons soins de la police française.

Et sur le site, tu trouveras plein d’autres histoires comme celle-là, malheureusement.
Celle de Laetitia, par exemple, ici http://amoureuxauban.net/index.php?option=com_content&task=view&id=255&Itemid=53

Si j’ai bien tout compris, M.S (tu peux le dire en verlan) qui prétend faire venir des immigrés utiles à la France, considère qu’une femme mariée et future maman est inutile.

Et si j’ai bien tout tout compris, le choix de son amoureux dans ce pays n’est plus une composante de la liberté personnelle, protégée par les articles 2 et 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789.

Et si j’ai bien tout tout tout compris, quand tu es citoyenne française, t’as pas intérêt à être accompagnée dans ta vie par quelqu’un qui est sans papier, parce que tu ne seras pas mieux traitée qu’un brigand forcené et dangereux par les autorités de ton pays.

Ca te rappelle rien, ça ?



The happy end

Ce matin, tu prends pas ton Xanax et tu gardes ton dernier pète pour demain.
Tatie, elle t’a trouvé beaucoup mieux et c’est Cadeau.

Image de prévisualisation YouTube



Cultiver l’art d’être un vrai connard

Si tu t’ennuies quand tu as fini de lire mon billet journalier, va chez Luciano-Z !
C’est chez lui que j’ai piqué la vidéo du jour (qui se passe de commentaires).

Grâce à cette petite visite, tu feras d’une pierre deux coups. Top efficacité.

D’abord, tu passeras un bon moment.

Ensuite, tu trouveras tout un tas d’outils ludiques et très utiles pour optimiser tes performances de Super Schnock, performances absolument essentielles à ta survie sur le Sacro-Saint marché de l’emploi.

Car tu t’es certainement rendu compte qu’il ne servait plus à rien d’avoir une tête bien faite et force courage en ce bas monde. Alors laisse tomber la littérature et le geste ancestrale de l’artisan, tu ressembles à un débris.

Non, ce qu’il te faut, c’est apprendre – et vite – l’art de brasser du vent. Ca rassure les imbéciles sans menacer les vieux cons, et du coup, tu maximises tes chances de « rentrer dans la place ».

Donc, Luciano-Z, il a pensé à toi, et il t’a créé un Générateur Interactif de Questions Existentielles, un Générateur Interactif de Réponses Toutes Faites, un Générateur Instantané de Sondage Aléatoire, et même un Néologisimatic. ( générateur de néologisme, banane !!)

Voilou. Et la vidéo sans commentaire, (enfin presque, je dirais CQFD quand même…) elle est là.

http://www.dailymotion.com/video/x1pj3k



Une logique sans limite qui va au bout d’elle-même

APPEL ISRAELIEN A L’ACTION URGENTE
(Source http://www.ujfp.org)

bansky2.jpg
Bandsky. Le mur de la honte.

« Nous les soussignées associations israéliennes déplorons la décision prise par le gouvernement d’Israël à priver la population civile de Gaza de provisions vitales en électricité et en carburant (et donc en eau puisque les pompes ne peuvent pas fonctionner) ainsi que de produits alimentaires de base, de médicaments et d’autres provisions humanitaires.

Le professeur John Dugard, rapporteur spécial de l’ONU pour les droits de l’Homme dans les territoires occupés, a appelé les actions du gouvernement israélien de graves crimes de guerre pour lesquels les responsables politiques et militaires devraient être poursuivis et sanctionnés. Il a déclaré que l’assassinat de plus de 40 civils cette semaine est en violation de la prohibition stricte sur le châtiment collectif stipulée dans la IVème Convention de Genève. Il viole en plus le principe de distinction entre cibles militaires et civiles qui est un principe fondamental du droit humanitaire international. En effet, le cadre juridique invoqué par le gouvernement israélien pour effectuer cet acte illégal et immoral, déclarant Gaza « entité hostile » dans un « conflit en-dessous de la guerre » n’a aucun fondement dans le droit international.

Nous faisons appel à M. Ban Ki-Moon, secrétaire générale de l’ONU, à mener le Conseil de Sécurité à une décision décisive à terminer le siège de Gaza quand il se réunit en séance d’urgence ce mercredi.

Nous faisons appel aux gouvernements du monde et notamment au gouvernement des Etats-Unis et au Parlement Européen à censurer les actions d’Israël et, en conformité avec les efforts récents à relancer le procès diplomatique, à cesses toutes attaques sur des civils y compris la démolition des maisons palestiniens qui se poursuit à un rythme effarant

Nous faisons appel aux juifs du monde entier au nom desquels le gouvernement israélien prétend agir, et notamment à leurs rabbins et à leurs dirigeants communautaires, à se déclarer sans équivoque opposés à cet affront à l’essence morale même des valeurs du judaïsme.

Et nous faisons appel aux peuples du monde à communiquer à leurs officiels et à leurs dirigeants leur désaveu de cet acte cruel et immoral, un acte qui se distingue par sa cruauté même dans le contexte d’une occupation déjà oppressif.

Nous condamnons toute attaque sur des civils et nous reconnaissons la souffrances des habitants de Sderot. Néanmoins, ces attaques ne justifient pas la disproportion massive des sanctions qu’Isaraël fait subir aux million et demi de civils de Gaza, surtout vu l’occupation oppressive qui a duré 40 ans. De telles violations du droit international sont particulièrement flagrantes ; elles doivent être dénoncées et punies, car le système fondamental des droits humains et du droit international est en jeu.

La décision prise par le gouvernement d’Israël à punir la population civile de Gaza constitue, avec la souffrance humaine qu’elle entraine, un acte de Terrorisme d’Etat contre des personnes innocentes. Seulement lorsque les responsables israéliens sont tenus redevables pour leurs actions et lorsque le droit international est respecté sera-t-il possible de construire une paix juste au moyen-orient. »

The Alternative Information Center * Bat Tsafon * Gush Shalom * The Israeli Committee Against House Demolitions (ICAHD) * Physicians for Human Rights * Coalition of Women for Peace



J’ai un polar sur la braise

« LA FILLE QUI RÊVAIT D’UN BIDON D’ESSENCE ET D’UNE ALLUMETTE », tu connais ?
Mais non, c’est pas moi !!

polar0.jpg

C’est le polar que j’ai sur la braise et qu’il vaut mieux que j’ouvre avant 2 heures si je ne veux pas m’endormir à 6….

Vol 2 de la trilogie de Stieg Larsson, chez Actes Sud, au cas où tu ne l’aurais pas encore lu.

Très bien, très très bien.

Alors à tout’



Ne le dîtes pas à Rachida

bruantparmoretti1600x12001173458281.jpg

Aristide Bruant par Raymond Moretti.

Je ne sais pas comment le dire bien. Certains soirs, je me sens vraiment étrange.

Entre la fatigue, la peur, l’espoir et bien sûr, le travail.

Ce qui me rend bizarre, c’est que j’ai épousé ce travail.

Je m’en rends compte, tu vois, en te l’écrivant.

C’est à lui que je consacre mon temps. Tout mon temps.

Et c’est lui qui me manque si je m’éloigne du nid.
Ma vie est peuplée par un piano, un clavier, un ordinateur, une connexion internet, des livres, des journaux, la composition, l’écriture.

Si je ne sors pas – et j’ai pas souvent envie de sortir – je passe des jours entiers, absolument seule, besognant telle un petit rat dans son laboratoire, tout l’hiver.

Et le pire, tu sais ce que c’est ?

C’est que j’adore ça.

Quand les choses se mettent à s’agiter une peu, parce qu’évidemment, je suis bien obligée de montrer ma pomme de temps en temps pour gagner mon pain, je regrette les longs mois difficiles où je dois faire silence pour entendre le chant des muses, la plainte des enfants et la couleur des fées, parce que c’est comme ça, pour moi, que la musique arrive.

T’imagines un peu comment tu fais pour gérer ton banquier dans ces moments là ?

Quand tu dois lui expliquer que tu peux pas t’occuper de ton argent par que t’es occupée à chanter avec des muses ???!!!

Bref….

Non, tu vois, c’est vraiment pas facile.

Parce qu’au bout du compte, tout le monde s’en fout.

Si demain, je ne joue plus jamais, si je ne chante plus jamais, si je n’écris plus jamais rien, et bien ça ne changera rien à rien. Sauf pour moi, pour qui ça sera une tragédie.

Et c’est à ce grand rien, à cet énorme rien, que je consacre ma vie. Parce que j’entends des muses me souffler des couleurs de chants.

( Ne le dîtes surtout pas à Rachida…. chut…)

Aux Arts Libéraux

Paroles : Ariside Bruant

Musique: Rachel Arnaud

Guitarre: Franck Barzano

Basse: Yvan Perrier

Percus: Antony Gattta

Chant: Rachel Arnaud

Festival Paroles et Musique 1996.



À cinq heures du soir, il était exactement cinq heures du soir.

boxehuile.jpg
 

Le lendemain, mardi, jour du combat, la pesée est à neuf heures du matin. Avant leur rendez-vous avec la commission à onze heures, Odell, Connor et les deux manageurs s’entassent dans un taxi avec leurs gars et l’emmènent en ville pour le régaler de flocons d’avoine irlandais et de crêpes.

Avant ce festin, Mookie s’est forcé à avaler un grand verre de jus de pamplemousse. Il déteste mais c’est pour le potassium et pour le réhydrater. En retournant à pied à l’hôtel avec les autres, Connor avise l’affiche d’une exposition exceptionnelle au Musée de la ville, consacrée à la fois à Michel-ange et à Rodin.

À moins d’aller à la Casa Buonarroti de Florence, ou même au Metropolitan si jamais un voyage à New-York se présente, il en est venu à penser qu’à son âge il n’aura plus la chance de se tenir face à une oeuvre de Michel-Ange. Et pourtant, elle est là, cette occasion, à un kilomètre d’ici. Il espère de tout coeur pouvoir y aller mais le programme est serré, les jours de combat.

Mookie monte dans sa chambre. Son entourage et celui de l’africain retrouvent le représentant de la commission dans la salle de conférence de l’hôtel. Toutes sortes de tricheries sont évoquées, y compris les coups de tête, les coups bas et les knock-down, avec une insistance particulière sur les coups bas. Dans le règlement qu’on leur a distribué, il est indiqué qu’après deux avertissements pour ce motif le boxeur perdra automatiquement un point à la troisième infraction.

Le représentant est un type séduisant, que Connor estime italien ou peut-être juif. Il est fier de sa mission et c’est un cinglé de la boxe, surtout des rencontres qui se déroulent dans la ville. Il fait comprendre à tout le monde que c’est un combat de première classe qu’on attend, et que ce serait pareil s’il s’agissait d’une reprise en quatre rounds ou d’une grande rencontre de championnat en douze. Tout le monde le comprend.

De retour dans sa chambre, Connor essaie de prendre un peu de repos mais il n’y arrive pas, il a dormi tout son saoul la nuit précédente. À rester étendu, il finit par s’énerver, il a envie de quelque chose de sucré. Il descend à la boutique en face de l’hôtel, prend un quart de lait écrémé, une pomme et un Tastykake à la noix de coco.

Il a eu un bout d’oreille arraché à coups de dents au cours d’une rixe, un jour où il a surpris quelqu’un qui essayait de voler sa voiture, et il n’entend pas très bien de ce côté. Pendant qu’il fait la queue pour payer, il ne capte donc pas la musique soul qui passe en fond sonore, Patti LaBelle en train d’improviser à toute allure des paroles sur un accompagnement de contrebasse et percussions, de jouer à cache-cache avec la mélodie.

Il s’en rend seulement compte lorqu’une voix derrière lui se met à chanter à l’unisson suivant les intonations black de Patti, mot pour mot, nuance pour nuance. Il se retourne, s’attendant à découvir un ado noir, mais à la place son regard tombe sur un lycéen juif, la calotte retenue par deux pinces à ses cheveux bruns et bouclés. Il est flanqué de trois copines de classe aux bras chargés de livre, qui mastiquent leur chewing-gum, et tandis qu’il monte dans les aigus, claque des doigts en imitant le style de Patti à la perfection, Connor se dit qu’il fait le malin dans l’espoir de tirer un coup.

Aux coups d’oeil que les filles s’échangent, il accorde au jeunot de bonnes chances d’en sauter au moins une, s’il s’accroche. En esprit, il revient à son gars endormi dans la chambre sombre et brûlante. Son bébé, son guerrier.

« Euh, pardon m’sieur. M’sieur ? C’est quoi ça ? » Connor a vaguement saisi la question. Il dégustait déjà le Tastykake dans sa tête. « C’que vous avez au poignet, c’est un tatouage, non ? » insiste le lycéen.

Connor suit son regard. Comme d’habitude, sa grosse Timex a glissé sur son avant-bras, révélant un tatouage déteint qui pourrait être celui d’un ancien taulard.

Près d’un demi-siècle plus tôt, quand Connor était encore sous le choc de sa seuxième expérience de cul et qu’il s’apprêtait à s’engager dans la Navy en pleine guerre de Corée, l’inscription était facile à déchiffrer. Plus maintenant.

- C’est vous qui vous l’êtes fait, hein ? demande le chanteur improvisé, très en verve.

Mais il y a plus d’émerveillement qui d’impertinence dans le ton qu’il a et Connor décide de lui répondre:

- Non, on me l’a fait.

- Où ça ?

- Skid Row, à LA, puisque ça t’intéresse.

La déception se lit sur les traits du jeunot. Il s’attendait à ce qu’on lui dise que le tatouage venait de
Sing-Sing, ou d’Alcatraz, ou même de l’île du Diable.

- Quoi, vous étiez une bande et vous aviez picolé, c’est ça ?

- Non, il était deux heures…

Et puis comme souvent, ce sont des vers de Garcia Lorca qui s’imposent à lui :

À cinq heures du soir
Il était excatement cinq heures du soir.

 

F.X. Toole. La brûlure de Cordes. Ed Albin Michel.

Huile sur toile: Raphaël Beerten.



123

djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS
| Corsica All Stars [CAS]
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_