Monochrome

boschterreplate.jpg


Monochrome – Paroles et musique et toute la galère Rachel Arnaud

Je suis l’asymétrie du monde
Et la géométrie variable
La seconde après la seconde
Le souffle et la danse du sable

Je roule en toi comme dans le lit
D’un fleuve indéfiniment droit
Tes lames m’aspirent et me lient
À ces eaux souillés de sang-froid

Sous les nénuphars monochromes
Attachée à tes algues-sangles
J’ingurgite l’Uni Royaume
Et Je disparait sous ta langue

Je suis le tiers que tu effaces
Le vivant qui se multiplie
Le long cortège des sans-place
Le prêt-à-mourir par ici

Moi qui t’incarne dans mes veines
Je veux flâner dans tes artères
Je veux exister hors tes glaives
Et mes brûlants rires de guerre

Emmêler mon sang et ta sève
Dans nos rayures cicatricielles
Mes essaims de rêve à tes lèvres
Ne plus jamais tomber du ciel



10 commentaires

  1. Arthur 12 février

    Encore!

  2. Rachel Arnaud 12 février

    Je me souviens que tu avais aimé le texte. Je suis contente que l’aimes en musique, aussi. (enfin… c’est ce qu’il me semble)

  3. Luc 13 février

    Merci c’est très beau et c’est effectivement bien pertinent pour moi.

    Merci Rachel

  4. LiKa 15 février

    Il est si tard, Rachel, je n’ai pu que lire le poème. Je l’écouterai demain, juste avant de partir à La Courte Echelle. Je trouve ses dissonances émouvantes.

  5. Rachel Arnaud 15 février

    You’re welcome, Luc…

    à tout bientôt, Lika, alors. Je te fais bientôt partir un petit paquet.

  6. LiKa 15 février

    Elle est belle, cette chanson. Belle.

  7. LiKa 15 février

    Un petit paquet, se dit-elle, toute joyeuse. Oh ! Et ben, je vais t’en envoyer un aussi. Un livre incroyable – dont j’aimerais bien que tu me dises ce que tu en penses.

  8. Rachel Arnaud 16 février

    chouette youppi tralalalalère….

  9. Yvette Strauss 24 février

    Rachel,

    Ce poème me touche beaucoup, et mis en musique il éveille de la nostalgie, de
    la tristesse. C’est vraiment très touchant de t’entendre . Je m’attarde sur
    le sens des mots…Et je découvre une Rachel bouleversante. Tu as le talent
    d’exprimer toute ces sentiments qui ne sont pas très bien reçus.
    Je t’embrasse très très fort.

  10. Pivoine 16 avril

    Mais ce qui me surprend aussi, (et bien sûr, le poème est très beau), c’est que j’adore ce volet extérieur du triptyque de Jérôme Bosch. J’en avais posté la photo sur une de mes pages (quelque part sur internet). J’aime la peinture de facture ancienne, et la technique des glacis doit être absolument merveilleuse à voir, en vrai…

Laisser un commentaire

djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS
| Corsica All Stars [CAS]
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_