On est vraiment trop con.

Djean qui était parti une semaine en famille d’accueil pour me permettre de me reposer un peu et guérir de ma grippe est revenu la semaine dernière.

Il paraît qu’il a sauté sur tous les chiens et qu’il a passé la semaine entière à les emmerder.

Max, l’éducateur chez qui Djean a passé la semaine me dit d’un air un peu désolé : « il s’en fout complètement de se faire engueuler !  »

Ben oui, je sais. Ce chien, il faut le faire rigoler ou lui rendre, si possible, les choses intéressantes.

Ensuite, Max me dit : « Il est têtu, c’est une vraie mule !  »

Ben oui, je sais ça aussi.

En réalité, c’est qu’il est très très malin et qu’il raisonne… comme (presque) tout le monde.

Si, par exemple, il trouve que sa sortie est trop brève, il ne rentre pas, voilà tout.

Mais il est quand même super sympa. C’est pas du genre qui va se tirer à toute allure tout seul dans son coin. Non. Il attrape un truc par terre et il t’invite au jeu ! Genre, t’en as pas marre d’être derrière ta bécane ? Tu crois pas que tu devrais rigoler un peu, là ?

Bon. J’ai compris ça et je me dis que c’est de bonne guerre. On ne peut quand même pas demander à un chien d’être aussi docile qu’une gravure ni de comprendre nos emplois du temps humains complètement délirants ! D’autant plus qu’il a raison;  j’ai vraiment besoin de prendre l’air d’avantage.

Alors j’accepte ses invitations, et nous refaisons un tour dans les espaces verts de l’immeuble, lui devant, avec son trophée dans la gueule et ses oreilles au vent, moi derrière, qui lui roucoule des sobriquets tous plus crétins les uns que les autres avec une voix de fausset. Il adore les voix de fausset.

Après tout ça, si j’ai su respecter ses besoins et qu’il a le sentiment d’avoir passé un moment de qualité joyeux et complice, il rentre tout tranquillement et me laisse travailler. Il s’installe sous le bureau et pose sa tête sur mes pieds. De temps en temps, il me gratifie les orteils d’un petit bisou qui me fait rire.

Quand je pense à tous les NON que je lui inflige, à toutes les remontrances que je lui fais, à tous les instincts que je lui contre, à tous les TU LAISSES que je lui assène…

Quand je pense à la gentillesse avec laquelle il s’exécute, à ses gros yeux tout ronds qui me regardent pour voir si je suis bien contente, même quand l’ordre est ultra difficile à respecter….

(ne pas croquer le pigeon, ne pas sauter dans l’eau, ne pas gober le caca des poules, ne pas mendier à table, ne pas manger les croquettes dans sa gamelle qu’il a sous le nez… Là, on atteint carrément les sommets de la dégueulasserie, mais on m’a dit qu’il fallait le faire… ça s’appelle l’apprentissage de la soumission et ça sert à lui faire comprendre que c’est moi le patron.)

Quand je pense à tout ça, je me dis que je vois pas bien la différence entre un pauvre (c’est à dire nous) et un chien.

Et quand tu connais la loi universelle du retour du refoulé, tu comprends pourquoi les chiens des pauvres se prennent autant de coups de pieds dans la tronche !

On est vraiment trop con. On tape jamais sur les bons.

http://www.dailymotion.com/video/x9d3ye



Djean à la baille, part II

Tu sais quoi ??

Je me demande si la Grande, elle va pas me demander de l’épouser quand j’aurais l’âge de la marier !!!

djeanquipense2.jpg

Je sais ce que tu te dis. Que je délire complet ! Une Grande qui épouse un chien, on a jamais vu ça. Nulle part ! On peut fouiller dans toute la littérature du monde, chez tous les historiens, dans tous les registres de la mairie et même dans ceux de l’Eglise, non ! Une Grande qui marie son chien, ça c’est jamais vu !

Mais je te jure qu’il y a quand même de quoi se poser la question.

Genre.

Je me vautre dans la piscine l’autre soir parce que je me fais avoir comme un bleu par ce Pepito, qui franchement, n’a pourtant rien d’une lumière !!! Mais que veux-tu…. L’expérience, quand même, ça fait la différence. Enfin, quoi, je me vautre dans la piscine.

Là, j’ai l’air tellement con que je dis rien. Je respire même plus pour pas qu’on m’entende. Imagine un peu la honte s’il me ramène tout le quartier ! Pour une entrée en matière, ça serait légèrement tout pourri. C’est un coup à devenir le souffre douleur à tout le monde, des conneries pareilles. Encore que ça ne durerait pas longtemps, parce que je te mettrais tout ça au pli et vite fait. Mais bon. Si on peut s’épargner un peu de taffe et règner comme un prince à moindre frais, c’est mieux.

Bref. J’étais comme un con à me les geler dans cette piscine presque vide qui sentait ma foi fort bon, il faisait la nuit dans le ciel, et la Grande que j’avais semée à l’aise me trouve direct !!!! C’est pas un peu louche ça ?? C’est pas un peu de l’amour ???

Elle a zéro truffe, elle court comme une tortue, elle y voit rien dans le noir, et elle me trouve direct alors que je fais le mort ! Non !!!! C’est carrément louche.

Tu l’aurais vue !!! Et la voilà qui s’angoisse, qui va chercher les voisins pour qu’ils y mettent de la lumière, qui descend à tout berzingue pour me choper, qui me hisse dans ses bras et qui me repose sur le plancher des vaches juste devant la tronche à Pepito.

Moi, sur le coup, je me dis qu’elle est vraiment sympa cette Grande de sauver ma fierté et de me faire faire des nouvelles rencontres hyper sportives…. Mais t’y crois ?? Elle m’a fait une crise de jalousie !!!

Je t’explique. Moi, je vois Pepito qui m’attend, alors qu’est-ce que je fais ?? Ben je repars pardi !! J’suis quand même pas un ingrat ! On venait de faire connaissance, on commençait à peine à s’entendre et plouf, je le laisse tout seul en plan. Non. C’est pas des manières ça. D’autant plus que j’étais chez lui !

Désolé, mais quelqu’un qui vous accueille aussi bien dans son parc, qui vous fait les honneurs d’une visite au pas de course, on le lâche pas comme un malpropre ! Je connais la politesse, moi. J’ai un pedigree, nom d’un chien !

Bref, je repars rendre ses politesses à Pepito, et tu vois pas que l’autre, elle se met dans la tête de nous courir après !

Là, je me dis mais qu’est-ce qu’elle fout ??? Elle veut courir avec nous alors qu’elle fait du sur place ?! C’est vraiment une idée à la con ! Est-ce que j’essaie de lire son journal, moi ??

(Bon. À la réflexion, c’est vrai que j’y ai bouffé ses lunettes pour qu’elle arrête parce que je m’ennuie quand elle lit… Cela dit, lui bouffer ses lunettes, c’est de bonne guerre. Prétendre courir avec nous, c’est stupide ! )

Elle s’est mise à crier mon nom dans la nuit (non mais… t’y re-crois ??) tout en opérant une sorte de danse ridicule autour de nous pendant dix minutes. Moi, c’est pas que je l’aime pas la Grande, mais franchement, la danse, c’est pas trop mon truc et elle, pour courir, c’est une patate. Pepito est vachement mieux. Alors je l’ai pas calculée.

Boudu Con !! T’aurais vu la colère qu’elle a piquée ! Comme elle a des bras (ça, elle a du pot quand même), elle a réussi à me choper pendant un dérapage raté. Dis donc, mais c’est qu’elle m’a fait une de ces crises !!

Et patati et patata et patati et patata. J’ai rien capté. Elle parle trop vite. Mais j’ai bien compris qu’il fallait que je fasse le gentil toutou parce qu’elle avait l’air vraiment très très très très désolée.

Elle s’est épuisée à me remonter chez sa soeur dans ses bras alors qu’elle a les muscles à peu près gros comme des fils de fer…. Là, j’ai compris qu’elle ne voulait vraiment pas me partager, même avec Pepito.

Oups, j’ai un blèm’pro que je me suis dit. Va falloir comprendre et fissa fissa.

Comme il fallait que j’y réfléchisse, je suis passé sous la table quand elle me l’a demandé. D’abord, je me suis dit qu’elle méritait bien qu’on lui redore un peu son blason (parce que je crois qu’elle en a pas, elle, de pedigree) et puis j’avais besoin de mettre mes idées au clair.

Je l’ai matée l’air de rien du coin de l’oeil. Et franchement, j’ai bien vu sa déconfiture.

La pauvre ! Y a pas idée quand même de fall in love pour un chien ! Comment que je vais faire maintenant pour lui expliquer que notre amour est impossible….

Bon, je vais tenter un truc. Si elle m’appelle, je pars dans l’autre sens. Elle finira peut-être bien par comprendre.



Mais y a qui dans mon chien ?? (Djean à la baille, part I)

À maman, le 17 avril 2009

Objet : Mais y a qui dans mon chien ?

Coucou Mutti,

Juste un petit mot pour pas que tu t’inquiètes. Je bosse comme une folle et je suis grave à la bourre. C’est l’angoisse….. du temps qui passe….. J’ai l’impression de me noyer dans un verre d’eau, d’être organisée comme une patate, et de manquer cruellement de confiance.
Mon Dieu. Quel mental compliqué je me trimbale. C’est vraiment pas une sinécure. Mais j’imagine que ça doit être pour tout le monde pareil. De toutes façons, c’est comme ça.

Djean, lui, va hyper bien. Il devient bien gros et il a déjà une sacrée force.

J’ai été obligée de me durcir un peu parce qu’il commençait carrément à raisonner avec moi. Je te dis pas. Il m’engueule quand je l’engueule.

Bref, j’ai sévi, et je lui ai montré que moi aussi, je pouvais jouer les Dominators !! (En vérité, c’était pas si facile, heureusement qu’il en sait rien. Quoique…..)

Toujours est-il qu’il a bouffé mes lunettes. Les deux paires. Je lui ai ôté la première de la bouche, en mille morceaux. Je ne trouve pas la deuxième. J’ai juste récupéré un tout petit morceau de branche dans sa gueule. Je t’avoue que j’ai flippé un peu, mais finalement, il semblerait qu’il digère les lunettes très très bien. (Beaucoup mieux que les trucs qu’il a piqué dans la cuisine d’un resto hier soir et qui l’ont fait vomir jusqu’à deux heures du matin). Enfin passons….

Nous avons passé le week-end de Pâques chez mes amis Hervé et Charlotte à la campagne. Djean était complètement HEU-REUX et donc, mignon comme une crème.

Là-bas, je me suis fait traiter de petite-vieille-complètement-à-côté-de-la-plaque par Hervé parce que je parle à mon chien. Ok. J’assume.

N’empêche que quand je lui chante « je t’aime avec de l’amour / je t’ai-me t’ai-me pour toujours », soit on est dans la rue et il se met à marcher au pied, soit on est dans la maison et il me fait un bisou – ça marche à tous les coups.

Je leur ai fait la démonstration, et tout le monde était plié. Moi, j’étais bien fière et très reconnaissante à mon chien d’avoir cloué le bec à Hervé.

De retour à Toulouse, nous sommes allés dîner chez Véra. Djean est tombé dans la piscine en courant avec Pépito (le chien des voisins). C’est la deuxième fois qu’il tombe à l’eau !!!

La première fois, c’était dans le lac de Balma. On avait une séance d’obéissance avec les grands chiens. Ils sont partis en meute s’amuser, et puis Djean qui veut toujours faire le boss s’est pris un grand coup de cul qui l’a envoyé à la baille direct. Tout le monde était mort de rire. Moi, je me disais « quand y a une connerie, t’es sûre que c’est pour lui ! C’est vraiment une BD ce chien !  »

Mais l’autre soir, la piscine était presque vide. Il restait juste un fond d’eau. Suffisant pour qu’il ne se casse pas en douze, mais il a fait une belle chute quand même. Et puis l’eau était croupie, elle puait la vase toute miasmée.

Je suis allée le repêcher – c’était la nuit, ça caillait, il pleuvait, et j’avais de l’eau jusqu’aux mollets emoticone – et à peine sorti de cette saloprie de piscine, le voilà qui repart comme un taré derrière Pepito qui semblait trouver ça très très chouette d’avoir un nouveau copain complètement turne.

Ils sont partis balle à l’autre bout du parc et j’ai ramé 10 minutes pour remettre la main dessus…. Je te dis pas la colère que j’ai piquée emoticone.

Je l’ai ramené dans mes bras (presque 20 kilos quand même) dans le noir – évidemment, je me suis paumée dans les arbres et j’ai pris leurs branches dans la figure et dans les cheveux, toujours avec Djean dans les bras, puant et dégoulinant, se tordant comme un ver pour sniffer tant qu’il pouvait du côté de Pépito, et moi qui commençait à regretter velu velu mes milliards de clopes englouties – enfin, je l’ai ramené dans mes bras et puis on la séché avec Véra.

Elle a sorti un vieux peignoir et lui a enfilé les pattes dedans, histoire, m’a-t-elle dit, qu’il s’en rappelle ! Il était dégoûté, nous on était pliées (mais je ne l’ai pas montré car je devais me fâcher).

Ensuite, donc, je me suis fâchée, je l’ai envoyé coucher « à sa place » et j’ai vu que j’avais gagné une belle autorité (Ok Ok, t’as le droit de rire …. ) Du coup, ça m’a fait une bonne occasion pour travailler le « Reste » (pas bouger).

Ce n’est que quand il a été bien tranquille sous sa table que j’ai réalisé qu’il aurait pu se tuer ou se faire je ne sais quelle fracture. J’en étais toute retournée. Bref, tout va bien, mais il faut vraiment que j’active sur les rappels. Cela dit, comment veux-tu lutter avec Pepito ??

Voilà ce qu’il en est des dernières aventures de Djean. Et après ça, Monsieur joue les princesses délicates devant l’objectif…. Non mais j’te jure !!!

princessedjean.jpg

C’est à se demander s’il n’a pas fait de carrière politique dans sa vie antérieure….. (Djean à la baille Part II)



Elle m’énerve !

C’est vrai. La Grande, elle m’énerve.

Toujours à me virer les cacas de la bouche, toujours à me bassiner menu menu dès qu’on va dans la rue alors que ça sent trois milliards de trucs, qu’il y a plein de cochonneries à bâfrer, qu’il y a des enfants partout et des cabines à roulettes qui baladent des genres de mollusques humains tout petits qu’on peut sauter dedans et que ça les fait crier, quel pied !!!

Mais la Grande, elle m’énerve.

Faut tout faire en douce avant qu’elle ramène sa fraise et détaler quand elle se pointe (ce qui est fastoche et très drôle, vu qu’elle court comme une patate.)
Mais si sa fraise est dans le coin, c’est tout pourri ! Faut lutter comme une bête pour arriver à ses fins, (ce qui devrait naturellement être dans mes cordes…) mais je comprends pas, elle capte la connerie avant que je la fasse…. – « C’est NON ! »

Ma comment elle fait ??
Elle m’énerve !

Quand on va au bistrot, y a des gens partout, des mégots plein les sols, des sirènes pleins les rues, des pigeons plein les places…. – « NON ! Tout est NON ! »

Elle m’énerve !!!

Quand on traverse le Ravelin, y a tous mes potes hyper sympa qui m’adorent et me font des crapouilles à gogo et qui sentent miam cet espèce de sucre bizarre qui fout le tournis, et avec eux, y a leurs super-chiens-super-grands-super-classe pour s’amuser comme des diables et c’est – « NON ! Tu laisses !  »

Mazette !!! Elle m’énerve !!!

Quand il fait beau, on s’amuse comme des fous dans l’herbe, je cours comme un tordu, j’attrape ses pantalons, on se roule dans les fleurs, je me goinfre de pâquerettes, de pissenlits et d’herbe tendre et d’un coup, vlan !!! – « Kikou…. on y va !  » Et là, faut rentrer, tu sais même pas pourquoi vu qu’il n’y a rien à faire dedans, et tout dehors…..

Elle m’énerve !

La seule chose qui est bien avec la Grande, c’est que je rentre à la maison toujours rincé comme une huître et je m’endors comme un pacha dès que le soleil se couche.
Alors je rêve que j’ai pas becqueté une seule croquette à la promenade, mais que j’ai chopé un pigeon, que j’ai fait du cheval sur le grand chien, que j’ai léché la bobine à mes potes qui sentent le sucre miam, et que je suis rentré le museau débordant de cacas…..

La vie quoi.

tetechiotlabradornoir.jpg



Une mamelle interdite ! Quelle poisse.

Y a des jours, tu découvres de ces trucs, t’en reviens pas !
Depuis un mois que je crèche chez elle, j’avais rien vu – quelle andouille.

Tu vas pas me croire, mais figures-toi que la grande a une mamelle !!!
Je l’ai trouvée tout à l’heure pendant qu’on s’amusait tous les deux sur le tapis.

Une mamelle, j’te dis !! É-norme ! Toute molle comme une Jelly à la Mint qu’on peut enfoncer sa truffe dedans !
Moi, je voulais mordiller et mordiller et re-mordiller. Mais j’ai pas le droit. La grande elle dit Aïe.

C’est toujours comme ça avec les choses hyper intéressantes. Quelle poisse !

photo033.jpg



Le premier printemps

Hier à Toulouse, on aurait pu croire au printemps.

La grande m’a sorti après mon repas de midi et on est allé jouer dans le jardin de la résidence.

Comme il y avait un bon gros soleil tout chaud, elle s’est allongée sur l’herbe pendant que j’allais renifler tout ce qui traîne et bouffer deux trois crottes, ni vu ni connu j’tembrouille.

Tout à coup, elle se lève, elle me regarde et elle baragouine un truc que je comprends qu’il va falloir bouger, et que ça ressemble à un retour à l’appart ! Fichtre !

Mais la voilà qui chope une clé, qui m’embarque dans ses bras et me colle dans la bagnole.
Tiens, on va faire un tour, mais où ??

Me voilà perplexe, un peu inquiet et un peu content.

Je réfléchis : Si c’est pour le grand jardin avec la forêt où ça sent le sanglier, c’est TOP ! Si c’est chez le véto, ça craint…

Après trois ou quatre chansons de Souchon (mais ça, je sais pas bien parce que je sais pas compter moi) la carlingue s’arrête. Ben t’y crois ? C’était le grand jardin qui sent les groins ! La classe !

On a fait les cons dans l’herbe et j’ai bouffé plein de fleurs et j’ai fait rien qu’à m’amuser. La grande, elle m’a rien demandé. Elle m’a foutu une paix …. royale ! À part des bisous et des câlins quand je voulais.

photo037.jpg

Après j’étais fatigué, parce que je suis quand même tout petit, alors on est rentré à la maison, et j’ai fait une bonne sieste.

Voilà. Il parait qu’hier à Toulouse, c’était un peu comme au printemps. Et ben ça va être choette ce printemps !

photo038.jpg



Le journal de Djean

Si tu te demandes pourquoi je raconte plus rien depuis le 8 janvier, la réponse est là :

djean004.jpg

Je te présente Djean, tout neuf sorti de l’oeuf, futur chien guide pour aveugles, dont je dois prendre soin juqu’à ce qu’il me quitte quand il sera jeune homme pour devenir les yeux d’un autre.

Petit Djean, gros pataud gentil comme un crème et têtu comme une mule, petit coquin super malin dont je vais te parler dans une nouvelle catégorie :

Le journal de Djean.



djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS
| Corsica All Stars [CAS]
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_