Nos enfants nous accuseront d’avoir été esclaves, victimes et consentants

Voilà, je relaie aujourd’hui deux infos.

POUR QUE L’ARGENT NOUS SERVE AU LIEU DE NOUS ASSERVIR.

En cette période de crise financière et économique, le soutien des États aux banques risque d’alourdir encore la dette publique dont les seuls intérêts annuels engloutissent déjà la quasi totalité de nos impôts sur le revenu.

Peut-être vous interrogez-vous, êtes-vous choqués, dépassés ?
Comprenez-vous que l’Europe s’apprête à renflouer les banques avec des milliards d’euros alors que des postes sont supprimés dans la fonction publique, que vos retraites diminuent, que l’on vous oblige à travailler plus longtemps, que l’on ferme des petits hôpitaux, maternités, des tribunaux par cause de déficit budgétaire ? Comment se fait-il que l’Europe et les États-Unis soient capables d’imaginer un plan de sauvetage de plusieurs milliers de milliards pour sauver le système financier au prix d’une dette encore alourdie, alors qu’ils restent impuissants à trouver les « petits » 100 milliards qui résoudraient le problème de la faim , de la santé et de l’éducation dans le monde entier?
Pour beaucoup d’entre nous, c’est parfaitement incompréhensible ! Mais c’est malheureusement l’ignorance dans laquelle les peuples sont tenus en matière monétaire qui permet de telles aberrations.
Bien sûr on peut se dire que tout cela nous dépasse, que l’on n’y peut rien à notre niveau… Détrompez-vous ! Nous pouvons non seulement résoudre la question de la dette publique dont le montant risque de croître fortement en 2009, mais en plus nous donner les moyens de financer l’immense chantier à mettre en œuvre pour permettre à tous une réelle amélioration de la qualité de la vie, sans oublier personne.
Pure utopie pensez-vous? Certainement pas ! Savez-vous que :
- Depuis 1971, plus aucune monnaie n’est liée à un étalon réel (or), ce qui la rend depuis totalement virtuelle et donc potentiellement infinie. Seules les règles définies par les hommes eux-mêmes en limitent l’émission.
- En 1973, la France s’est légalement obligée d’emprunter sur les marchés financiers cette monnaie dont elle avait auparavant le pouvoir d’émission!
- Contrairement à ce que croit la majorité d’entre nous, ce ne sont plus les États qui émettent la monnaie, mais le système bancaire privé. La Banque Centrale Européenne a seulement le monopole de l’émission des pièces et billets (soit 15% de la masse monétaire) ; les banques commerciales créent la différence, soit 85%. Comment ? Lorsqu’elles acceptent une demande de crédit. Elles ont donc en main le destin des peuples, puisqu’elles seules décident d’accepter ou de refuser le financement des projets dont les citoyens demandent le financement.
- Suite au Traité de Maastricht (article 104 qui interdit à la BCE et aux banques centrales nationales d’accorder un quelconque crédit aux institutions ou organes publics de la Communauté), toute l’Europe est dans la même situation. Cela conduit les États à s’endetter pour obtenir, au prix fort, auprès de la finance privée, la monnaie « virtuelle » qu’ils pourraient émettre eux-mêmes par l’intermédiaire de leur Banque Centrale.
C’est ainsi que dans notre pays, depuis 1973, nous avons déjà payé, au seul titre de l’intérêt, plus de 1300 milliards d’euros, soit une ponction actuelle sur nos impôts et sur le fruit de notre travail de près de 120 millions d’euros par jour, et nous devons toujours 1250 milliards d’euros en principal. Si nous n’avions pas eu à payer d’intérêts, nous n’aurions pas de dette publique !
Les « élites » européennes ont volontairement abandonné notre droit de création monétaire, au profit exclusif d’une finance privée dont les excès et l’irresponsabilité sont aujourd’hui étalés au grand jour! Cette politique du « tout marché », appliquée à la fonction monétaire, est la cause première de la dette publique, avec son cortège de restrictions budgétaires, resserrement des aides sociales, salaires et conditions de travail qui se dégradent, et recul du service public…
Alors disons « ça suffit ! ». Ensemble réclamons qu’au minimum la Banque Centrale Européenne (ou à la Banque de France si nécessaire) puisse disposer du droit d’émission monétaire et de crédit au bénéfice des collectivités – Etat, Régions, Départements et Communes – pour financer les investissements nécessaires.
Aidez-nous dans notre action en participant à cette cyber @ction
Merci aussi de diffuser largement cet appel.

L’équipe « public-debt.org »
Alain Uguen Association Cyber @cteurs

COMMENT AGIR ?

Sur le site
Cette cyber @ction est signable en ligne
http://www.cyberacteurs.org/actions/lettre_dep.php?id=338

 

NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT.

C’est le film sont je t’avais parlé ici et qui sort le 5 novembre.

Pour qu’un film existe, il est important qu’un maximum de personnes le regardent le plus tôt possible. Premières heures, premiers jours…

Le liste des salles où il sera diffusé est là

http://www.cyberacteurs.org/forum/viewtopic.php?t=6169

J’ai pas trouvé midi pyrénées…. Je vais appeler Utopia pour savoir.



Dans la lucarne, l’horizon.

Si tu ne l’as pas déjà vu, ne te prives surtout pas de regarder cet excellent film…. C’est, je crois, ce que j’ai vu de mieux en ce moment à propos de notre bon vieux Sieur Pognon.

T’as besoin de quatre quarts d’heure, certes, mais je t’assure qu’ensuite, tu as l’oeil bien brillant et le poil lustré comme un miroir. Bref, en une heure, t’es tout beau, tout neuf, tout ragaillardi.

T’as juste envie d’aller te balader sur une colline devant à une belle ligne d’horizon.

http://www.dailymotion.com/video/k1pzZEp0EEVQf9sNA8

L’argent – partie 1 – 15 mn

http://www.dailymotion.com/video/k71EbozVNK9uD7sNFr

L’argent – partie 2 – 15 mn

http://www.dailymotion.com/video/k7fMp86vtVw6nBsNOc

L’argent – partie 3 – 15 mn

http://www.dailymotion.com/video/k3438pHhNaGGrBsNNU

L’argent – parite 4 – 15 mn



Fidel Castro Ruz, le 26 septembre 2008

EDIT : Suite à quelques remarques que j’ai reçu, pas forcément gentilles, je dois éclaircir certaines choses. Je n’ai pas une passion particulière pour Castro, ni pour aucun politique d’ailleurs, abstraction faite de Louise Michel, mais c’est comme qui dirait bien loin tout ça. Je n’ai de passion que pour la musique, les grands crus et les huiles essentielles, ce qui somme toute est la même chose.

Simplement, ce texte m’a paru plus intéressant que les commentaires à propos de la crise monétaire qui alimentent la presse française actuellement. Plus intéressant, plus positif aussi, car il pose notre regard sur des perspectives, contrairement à la propagande néo-libérale des néo-cons qui bouchent tout horizon et nous transforment en zombis.

Qu’il émane de Castro et que ça en défrise certains, ça me fait un peu penser aux enfants qui refusent de manger des huîtres parce qu’elles ont une sale gueule.

Sur ce, régale-toi.

« Le socialisme démocratique »
de Fidel Castro Ruz

Je ne souhaitais pas écrire une troisième « réflexion », mais je ne peux laisser cela pour lundi.

Le « capitalisme démocratique » de Bush a une réplique exacte : le socialisme démocratique de Chavez. Il ne saurait y avoir manière plus précise d’exprimer la grande contradiction entre le Nord et le Sud de notre hémisphère, entre les idées de Bolivar et celles de Monroe.

fidelcastro01.jpg

Le grand mérite de Bolivar est de l’avoir instauré quand les moyens de communications modernes n’existaient pas, pas même le canal de Panama. Non plus que l’impérialisme des États-Unis ; il y avait seulement les trois colonies de langue anglaise qui, réunies, devinrent indépendantes en 1776 avec l’aide de la France et de l’Espagne.

Comme s’il avait été capable de voir à travers les siècles, El Libertador proclamait en 1829 : « Les États Unis paraissent destinés par la Providence à accabler l’Amérique de misères au nom de la liberté. »

Hugo Chavez est un soldat vénézuélien dans l’esprit duquel germèrent de manière naturelle les idées de Bolivar. Il suffit d’observer comment chemina sa pensée passant par les diverses étapes du développement politique à partir d’une origine humble, de l’école, de l’académie militaire, de la lecture de l’histoire, de la réalité de son pays et de la présence humiliante de la domination yankee.

Il n’a pas été général et n’a pas eu sous ses ordres les divisions armées ; il ne fit, ni ne pouvait faire un coup d’état, il ne voulait ni ne pouvait attendre. Il s’est rebellé, a assumé la responsabilité de ses actes, a transformé la prison en école, a conquis le peuple et l’a gagné à sa cause en étant loin du pouvoir ; il a gagné les élections en dépit d’une Constitution bourgeoise, a juré sur le document moribond une nouvelle loi pour les lois, s’est heurté aux idées préconçues de la gauche et de la droite et a entrepris la Révolution Bolivarienne dans les conditions subjectives les plus difficiles de l’Amérique latine.

Pendant dix ans, depuis qu’il est président de son pays, Chavez n’a jamais cessé de semer des idées à l’intérieur et à l’extérieur de sa patrie.

Aucune personne honnête ne peut douter qu’au Vénézuéla il y a une véritable révolution en marche, et que là se développe une lutte exceptionnelle contre l’impérialisme.

Il faut signaler que Chavez ne se repose pas une minute, qu’il lutte au Vénézuéla et qu’en même temps il voyage systématiquement dans les capitales des pays d’Amérique Latine et des pays importants d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Il communique heure par heure avec la presse nationale et internationale, il ne craint d’aborder aucun thème, il est écouté avec respect par les principaux leaders du monde, il fait un usage correct et efficace du pouvoir réel de sa Patrie en tant que pays qui possède les plus grandes réserves établies de pétrole du monde, accompagnées de gaz en abondance, et il élabore un programme national et international sans précédent.

Quand il signe un contrat d’association entre GAZPROM (Russie) et PDVSA (Vénézuéla) pour la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures, il crée en ce domaine une association qui n’a pas d’égale dans le monde. Son association économique avec la Chine, la Russie, certains pays d’Europe, et d’autres dont les ressources sont abondantes en Amérique Latine et en Afrique, dégage des forces libératrices pour ouvrir le chemin à un monde multipolaire. Il n’a pas exclu les États-Unis de l’approvisionnement en énergie et des échanges commerciaux. C’est une conception objective et équilibrée.

Il a instauré pour la Patrie une révolution socialiste, sans exclure les données importantes de la production.

Pour notre Patrie, en un moment historique où elle a été meurtrie par la nature et les assauts criminels de l’empire décadent, compter sur la solidarité de Chavez constitue un véritable privilège. On n’a jamais entendu une phrase aussi internationaliste et solidaire que celle qu’il a adressée à notre peuple : « La terre du Vénézuela est aussi la tienne ! »

L’impérailisme essaie de le liquider politiquement ou de l’éliminer à tout prix, sans se préoccuper que sa mort représenterait une catastrophe pour le Vénézuéla et pour l’économie et la stabilité de tous les gouvernements d’Amérique Latine et des Caraïbes.

Mes conversations avec lui sont caractérisées par le point de vue que je soutiens, à savoir que , pour le moment, le plus important est de sauver le Vénézuéla de la politique offensive des États-Unis. Lors de sa dernière visite, nous avons parlé de l’ampleur du soutien qu’il nous offre et de celui qu’il veut nous offrir, et de notre suggestion de concentrer le maximum de ressources possible dans la bataille interne qu’il livre actuellement contre l’offensive médiatique et les réflexes conditionnés semés durant tant d’années par l’impérialisme.

D’ici au 23 Novembre, la bataille qui se livre est de grande importance, et nous ne souhaitons pas que le soutien à Cuba puisse être pris comme prétexte pour porter atteinte à la Révolution Bolivarienne.

Les 92 ouvriers du bâtiment vénézuéliens intégrant les Brigades socialistes du Travail Volontaire, envoyés pour construire des maisons à Pinar del Rio, constituent tout un symbole de notre époque.

Nous vivons des instants de grande importance. La consultation populaire pour approuver la nouvelle Constitution en Équateur a une grande portée. Chavez rencontrera Lula au Brésil lundi. Ce soir il y a un débat télévisé Obama-McCain. Ce sont toutes des nouvelles importantes.

Pour lui, je ne veux pas laisser ces lignes pour lundi, quand déjà demain samedi il sera de retour dans sa Patrie et en train de parler à nouveau à son peuple le dimanche. Il utilise toujours quelque chose de ces réflexions dans son combat »

Fidel Castro Ruz

source: http://bellaciao.org/fr/spip.php?article71765
En espagnol : http://www.radiomundial.com.ve/yvke…



Pas bête Augute …

Une jeune fille a décidé de mettre sa virginité aux enchères avec l’espoir d’en tirer un million de dollars pour payer ses études.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/buzz_sur_le_web/20080915.OBS1385/une_americaine_met_sa_virginite_aux_encheres.html

Ce que j’ai le plus aimé là-dedans, c’est le commentaire d’ Auguste sur next.libération – je cite :

« Et moi, à 75 ans, mon trou de balle est vierge aussi : si je le vendais pour payer mon enterrement ? »

On peut pas mieux dire Auguste…

http://next.liberation.fr/article/virginite-vendre



Ce « Noeud-du-Père » qui les fait trembler

Je viens de lire un article très long et très intéressant. Je te copie-colle l’intro et la conclusion, et si tu veux tout lire, c’est ici http://liberte-therapeutique-caplc.com/psychotherapies/

« Psychanalyste depuis 40 ans, Claude David se trouve aujourd’hui en liberté conditionnelle, assigné à résidence avec interdiction de circuler en Midi-Pyrénées, de rencontrer certaines personnes et d’exercer sa profession. Cette mise à l’écart qui prend des allures de « quarantaine » signe bien le fond du débat : il y a infection ! Mais où se trouve le germe ?

Dans la psychanalyse elle-même ! Car l’instruction pose la question en ces termes :

« Est-ce que la psychanalyse est une technique propre à altérer le jugement des personnes et donc relève de la loi anti-sectes ? »

La psychanalyse serait accusée d’être en réalité une méthode d’influence sur les gens, qui viserait à manipuler leur esprit et leurs pensées dans le but dissimulé de leur extorquer quelque chose. Vu sous cet angle, du psychanalyste au « gourou » il n’y a qu’un pas, il est vite franchi lorsque le psychanalyste en question ne pratique pas exclusivement en cabinet privé, en ville, mais qu’il appartient au mouvement de psychothérapie et psychanalyse institutionnelle qui fait entrer la dimension du groupe dans le processus de guérison. »[1]

En ce sens le procès de Claude David devient emblématique car cette attaque rejoint toutes celles qui fleurissent depuis quelques années amplement relayées par les médias. La « critique » de fond peut se résumer en quelques lignes : la psychanalyse ne serait pas scientifique au contraire des sciences cognitivistes ; une cure analytique est longue au contraire des protocoles réalisés par ces nouvelles sciences du comportement qui peuvent vous délivrer d’une phobie ou d’une obsession en 10 séances !

/… /

La « communauté » fondée par Claude David et ses amis est une association Loi 1901, dont les membres partagent une même vision de l’homme ou plus exactement un axe de travail, l’articulation de la foi et de la psychanalyse, en articulant la spécificité des deux dimensions. Ce vecteur de recherche et de partage est issu concrètement d’un travail de plus de 20 ans avec des malades mentaux et de la confrontation avec cette limite de la liberté de l’homme qu’est la folie : « et l’être de l’homme non seulement ne peut être compris sans la folie, mais il ne serait pas l’être de l’homme s’il ne portait en lui la folie comme la limite de sa liberté. » Jacques Lacan

Ils partagent aussi une résidence ou chacun a un appartement dans lequel il peut recevoir sa famille, ses amis. Tous les enfants sont scolarisés : de la maternelle à l’université en passant par le collège ou le lycée et tous les adultes travaillent à Toulouse ou Castres voire Bordeaux ou Paris. Où se trouve l’enfermement qui leur est reproché ? Si une association comme celle-là peut être traitée de « secte », alors n’importe quel groupe risque d’être affublé de ce vocable infamant un jour ou l’autre.

Les conséquences des attaques que Claude David et ses amis subissent depuis un an ne cessent pas. Bien que les accusations tombent les unes après les autres comme peau de chagrin cela ne change pas ni la nature, ni l’orientation de l’instruction qui continue toujours à charge.

Nous ne parlerons pas des deux enfants retirés brutalement à leur mère, ni des enquêtes sociales demandées sur tous les enfants qui avaient fréquenté Claude David et qui de ce simple fait étaient, potentiellement, en « danger. » Trois des enquêtes sur quatre sont terminées, elles se concluent par des non-lieux. Les enfants qui sont restés avec leurs parents dans le cadre de l’association, se montrent « plutôt équilibrés », indiquent les différents rapports d’enquête !

Nous ne parlerons pas non plus des enquêtes fiscales sur les individus ou sur les différentes associations, ni des appels orientés vers les employeurs, leur disant de se méfier, ni de l’interdiction faite à la troupe de théâtre de représenter la pièce « Le Visiteur » d’Eric-Emmanuel Schmitt suite à une dénonciation anonyme, ni du non-renouvellement d’un bail professionnel qui met en danger dans leurs activités professionnelles les psychanalystes ou psychothérapeutes qui font référence à Claude David, ni de la perte de clients, ni du boycott larvé concernant les enfants dans les écoles, ni des invitations qui ne se font plus …

Nous ne parlerons toujours pas de la lutte menée contre les organes de presse : TF1, FR3, la Dépêche du Midi, le Parisien et qui se continue, maintenant, en appel.

De quoi s’agit-il, sinon de faire taire des gens qui dérangent et en particulier Claude David qui est psychanalyste ? Alors ne nous y trompons pas : son procès ne concerne pas tant celui de l’homme que ce qu’il représente : une certaine vision de l’humain qui apparaît désuète à tous ceux qui veulent gérer, asservir l’homme et qui veulent lui enlever toute responsabilité dans ses choix, son devenir.

La question sur la psychanalyse, posée par la procédure en cours est effrayante, dans sa méconnaissance perverse et ses conséquences.

Allons-nous nous lever pour dire que la psychanalyse n’est pas un outil d’asservissement et de mise au pas de l’être humain ?

Allons-nous nous élever contre l’arbitraire et les amalgames de notre époque ? Pouvons-nous continuer comme « si nous ne savions pas » ?



La Dette

Je sais ce que tu vas dire… que j’aime bien me prendre le chou.

Et tu as raison.

J’ai une passion sans borne pour mon sport préféré, l’auto-défense intellectuelle.

Car c’est mon premier pas, et peut-être le seul, vers mon rêve de liberté, vers mon désir d’humanité sans maîtres.

Aujourd’hui, donc, pour en finir avec le mythe de la croissance, de l’argent cher, et de la dette avec un grand D que c’est toi qui la creuse avec tes besoins à la con que tu commences vraiment à nous courir sur le jonc, je te propose de te rendre ici

http://www.fauxmonnayeurs.org/articles.php?lng=fr&pg=28

où tu trouveras une mine de lectures excellentes sur la question et trois tonnes de liens pour approfondir, tous plus intéressants les uns que les autres….

Et si t’es une grosse flemme de la lecture, tu peux regarder Money as debt, gentiment sous-titré par Little Néo.

« La puissance d’argent fait sa proie de la nation en temps de paix et conspire contre elle en temps d’adversité. Elle est plus despotique que la monarchie, plus insolente que l’autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. (…) Les groupes financiers et industriels sont devenus tout puissants, il s’ensuivra une ère de corruption aux postes élevés et la puissance d’argent du pays cherchera à prolonger son règne en utilisant les préjugés du peuple jusqu’à ce que la fortune soit concentrée en un petit nombre de mains et la république détruite » ( Abraham Lincoln).

http://video.google.com/videoplay?docid=2717439213901961611

 



« Je n’aime les dirigeants qu’avec un peuple qui les porte »

Aujourd’hui, si tu ne la connaissais pas, t’as de la chance !!

Je t’ai trouvé une adresse quatre étoiles qui fait souffler du vent dans ta cervelle sclérosée d’icônes à paillettes et de connerie.

Je t’ai trouvé une fille qui ouvre sa grande bouche et que ça te menthol le mental pendant toute la journée qui suit.

Extraits :

Notre presse dite libre est en train de nous monter une véritable village Potemkine devant la réalité. Il y a certains “désordres” que l’on exagère, au point que hier les agences AFP et reuters viennent de se voir retirer leurs accréditations en Algérie pour la manière dont elles ont gonflé les attentats terroristes en Algérie. Mais il est une réalité que l’on nous cache totalement ce sont les luttes qui montent partout, cela va de l’Asie où non seulement le Népal est présenté de tel sorte que personne n’y comprend rien, ou encore la Corée du Sud dont on cache la colère populaire orientée contre l’achat de viande nord-américaine et qui déborde de toute part, le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, de tous ces pays on ne connaîtra que les fondamentalistes, la planète est en mouvement, pressée par la faim et la misère. Enfin je repense à la question de PAM sur le contre-sommet paysan de Rome : “est-ce que la solution est dans le retour dans une agriculture familiale”, cette question ne sera pas éclaircie par le vedettariat d’un José Bové allié potentiel du pro-étasiunien Cohn Bendit, mais par une meilleure connaissance des luttes paysannes contre une appropriation des terres par l’oligarchie, des productions pour les multinationales… Des pays sans qui luttent comme ici au Paraguay et des morts… La répression…

Oui le monde est dans cet état là, il est invivable et il n’y aura de politique que quand on y fera face, ici et ailleurs pour le transformer et pas dans des combats de petits chefs, des jeux de courtisans, et la haine du compagnon de lutte, l’arrivisme et l’égoïsme. Il faut d’abord prendre conscience de l’adversaire.

ou encore

… Je suis convaincue que tous les jeux policiers sont balayés par un peuple qui a décidé de lutter pour sa vie e celle de ses enfants, il n’existe que les peuples… C’est ma conviction et les récits des coups tordus de Bush et de ménard me découragent, tandis que la résistance d’un paysan bolivien m’enthousiasme, je n’aime les dirigeants qu’avec un peuple qui les porte…

Tu pourras te régaler de tout ça dans son intégralité et plus encore sur le blog de la dame (Danielle Bleibtrach, c’est son nom) où tu trouveras foultitude de lectures ultra salutaires, c’est par là :

http://socio13.wordpress.com/



rachelarnaud.com

dansestoto.jpg

Grâce à Raoul (qui n’est pas celui des tontons flingueurs mais un vrai Raoul de mes amis)

Grâce à Raoul, donc, tu peux maintenant retrouver toute l’histoire et toute l’actualité des « Danses de l’Amarrage » ici

http://www.rachelarnaud.com



J’ai retrouvé Fontenelle II

Alors j’ai rattrapé mes lectures en retard et je t’en ressers une louche si le coeur t’en dis !

(C’est ma mère qui va être contente !!)

Au cas ou t’aurais pas eu le temps, toi, de rattraper ton retard….

http://www.bakchich.info/article3451.html



J’ai retrouvé Fontenelle

Depuis un moment, j’avais paumé Fontenelle.

A force de voir son blog infiniment silencieux, je me suis douté qu’il envoyait ses post ailleurs…

Et puis voilà que ce matin, j’ai eu comme une idée lumineuse et je l’ai retrouvé !

Comme j’ai un mois de retard dans mes lectures, j’en ai plein à lire !

ça fait du bien ! Cours toi aussi te régaler …. C’est ici

http://www.bakchich.info/article3671.html



12

djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS
| Corsica All Stars [CAS]
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_